La mondialisation des littératures

Responsable : Maxime Del Fiol

 

Le programme « La mondialisation des littératures » s’intéresse aux évolutions de l’espace littéraire de langue française dans le contexte de la mondialisation économique et culturelle et à ses multiples interactions avec d’autres aires linguistiques et littéraires mondialisées (anglophonie, hispanophonie, lusophonie, arabophonie, etc.). Il vise à comprendre les phénomènes de circulations transnationales des écrivains et des textes en français et il s’attache tout particulièrement au dynamisme des littératures francophones et au rayonnement international du français comme langue de création mondialisée « à la croisée des langues », dans un cadre plurilingue et translingue. Il étudie ainsi les tensions croissantes et les disjonctions multiples entre l’espace national de la production et de la réception de la littérature en France depuis la formation de l’État-nation à partir du 16e siècle et son dépassement transnational, voire post-national, à l’époque contemporaine, sous l’effet des migrations, des traductions et des nouvelles technologies, qui érodent ou en tout cas atténuent désormais la centralité socio-économique exclusive et la domination symbolique de la France dans l’espace littéraire francophone. Pour mener cette investigation, le programme cherche au plan scientifique et méthodologique à enrichir et à renouveler la critique littéraire en s’appuyant sur les apports des sciences sociales, notamment la sociologie de la littérature, sur les différents modèles proposés ces dernières années par des universitaires dans le monde pour penser le processus de mondialisation des littératures et la littérature mondiale, ainsi que sur certains courants de pensée issus de la tradition anglo-américaine comme les cultural studies, les post-colonial studies et les globalization studies.  

Dans le bilan éditorial du programme, on notera notamment la publication de trois ouvrages personnels :

- Maxime Del Fiol, Lorand Gaspar. Approches de l’immanence, Paris, Hermann, collection « Vertige de la langue », 2013.

- Claire Ducournau, La Fabrique des classiques africains. Écrivains d’Afrique subsaharienne francophone (1960-2012), Paris, CNRS éditions, collection « Culture et société », 2017.

- Marie Joqueviel-Bourjea, Dany Laferrière Écrirevoir, Paris, Hermann, collection « Vertige de la langue », 2017.

On notera également plusieurs ouvrages collectifs et directions de revues

- Maxime Del Fiol (dir.), revue Souffles, volume 74, 244-245, numéro spécial « D’Orient et d’Occident. Salah Stétié », juillet 2014 ; Les Occidents des mondes arabes et musulmans. Afrique du Nord. XXe-XXIe siècles (en collaboration avec Claire Cécile Mitatre), Paris, Geuthner, 2018.

- Claire Ducournau avec Florian Alix, Anne-Sophie Catalan, Tina Harpin, Estelle Olivier, Myriam Suchet, Cyril Vettorato, Collectif Write Back (dir.), Postcolonial studies : modes d’emploi, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 2013.

- Marie Joqueviel-Bourjea et Béatrice Bonhomme (dir.), René Depestre, le soleil devant, Actes du colloque de mai 2014 à la Bibliothèque Francophone Multimédia de Limoges, Paris, Hermann, collection « Vertige de la langue ».

On peut mentionner par ailleurs l’organisation de journées d’études et de colloques internationaux organisés par les chercheurs du programme.

- Maxime Del Fiol : organisation avec Claire Mitatre (Université Paul-Valéry Montpellier 3) du colloque international « L’Occident au prisme de l’Islam », Université Paul-Valéry Montpellier 3, 3-5 décembre 2014, en partenariat avec la Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier, les laboratoires RIRRA 21 (Université Paul-Valéry Montpellier 3), CERCE (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Passages XX-XXI (Lyon 2), le Centre Jacques Berque (CNRS/MAE, Rabat) et l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (CNRS/MAE, Tunis) ; organisation avec Arnauld Chandivert (Université Paul-Valéry Montpellier 3) de la journée d’études internationale « Visions du monde, pouvoirs d’évocation. Exotisme et pittoresque en littérature et en ethnologie », Université Paul-Valéry Montpellier 3, 25 novembre 2016.   

- Claire Ducournau : coorganisation, avec Ruth Bush, du colloque international (bilingue anglais et français) « Paper, airwaves, screens: from text to audience in African popular culture/Papier, ondes, écrans : du texte au public dans la culture populaire africaine », Université de Bristol. Conférencier-e-s invités : Tsitsi Jaji (Duke, USA) et David Murphy (Stirling, UK), juillet 2017 ; coorganisation, avec Ruth Bush, du colloque international « Presse et littérature africaine(s) », Université Paul-Valéry Montpellier 3, 19-20 mars 2018.

- Marie Joqueviel-Bourjea : colloque « René Depestre, le soleil devant », Bibliothèque Francophone Multimédia, Limoges, mai 2014  (partenariat UPV / BFM Limoges / Organisation Internationale de la Francophonie / DRAC Limousin / CTEL Université de Nice / sous le patronage de l’UNESCO) ; colloque NU(e) : « une revue, des voix, la poésie. Une esth/éthique de la rencontre », Université Paul-Valéry Montpellier 3, octobre 2017 (en partenariat avec le CTEL Université Nice Côte d’Azur/ Master Recherche « Esthétique » Université Paul-Valéry Montpellier 3 / Service Universitaire de la Formation Continue UPV / Maison de la Poésie de Montpellier / Ville de Montpellier).  

Le programme a noué à travers ses chercheurs des partenariats multiples, français et internationaux, avec de nombreuses institutions universitaires et scientifiques en France et à l’étranger. On notera tout particulièrement le partenariat créé par Claire Ducournau avec l'Université de Bristol et avec l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar dans le cadre du projet « Popular print and reading cultures in francophone Africa/ L’imprimé « populaire » et les modes de lecture en Afrique francophone », financé par le Arts and Humanities Research Council (AHRC), Global Challenges Research Fund (Royaume-Uni). On notera également le partenariat initié en 2016 par Maxime Del Fiol et Claire Ducournau avec le Cosmopolitan-Vernacular Research Program, dirigé par Stefan Helgesson à l'Université de Stockholm et financé par The Swedish Foundation for Humanities and Social Sciences (Riksbankens Jubileumsfond).

Au plan pédagogique, les chercheurs sont fortement investis dans l’encadrement doctoral et de master en littératures française et francophones et en études culturelles. Ils se sont impliqués également dans le montage de formations de niveau master. Maxime Del Fiol a ainsi assuré depuis 2013 la refondation et la direction du master d’Études culturelle de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, adossé au RIRRA 21. Il a piloté ou copiloté également depuis cette date l’« Atelier des études culturelles », le séminaire de recherche du master d’Études culturelles, porté par le Centre Culturel Universitaire de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, ouvert à toute l’université, animé par les enseignants intervenant dans le master, et consacré en 2014 à Edward Said et aux études postcoloniales, en 2015 à Richard Hoggart et à son livre La culture du pauvre, en 2016 à la sociologie de l’art et de la culture, en 2017 à Antonio Gramsci, en 2018 à Arjun Appadurai.

Les chercheurs se consacrent également à de nombreuses activités de vulgarisation scientifique et de médiation culturelle autour des littératures française et francophones à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et dans l’agglomération de Montpellier, comme par exemple la « Semaine de la Francophonie 2017 de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3. Francophonies d’Asie », organisée du 27 au 31 mars 2017 sous la coordination de Maxime Del Fiol, dont l’invité d’honneur était l’écrivain japonais d’expression française Akira Mizubayashi ; la « Semaine de la Francophonie 2018 de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Afrophonies », organisé du 19 au 23 mars 2018 sous la coordination de Maxime Del Fiol ; ou encore le cycle « Écrivains francophones », créé et animé depuis septembre 2017 par Maxime Del Fiol en partenariat avec la Médiathèque centrale Émile Zola de Montpellier Méditerranée Métropole. Maxime Del Fiol, Claire Ducournau et Marie Joqueviel-Bourjea organisent également depuis longtemps de nombreuses rencontres avec des écrivains français et francophones : Marie-Célie Agnant, Théo Ananissoh, Yahia Belaskri, Béatrice Bonhomme, Eugène Ebodé, Marie Etienne, Léonora Miano, Akira Mizubayashi, James Noël, Wilfried N’Sondé, Fabienne Pasquet, Nathalie Quintane, James Sacré, Salah Stétié, etc.

Pour l’avenir, le programme souhaite prolonger et approfondir les recherches et les activités dans le domaine de la mondialisation des littératures, de la francophonie, de la sociologie et des études culturelles. On organisera notamment un colloque international à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 en 2020 visant à comparer les évolutions de l’espace francophone avec les dynamiques propres aux principaux espaces littéraires mondialisés (anglophonie, hispanophonie, lusophonie, arabophonie, russophonie, turcophonie, etc.) depuis la fin des empires coloniaux, à étudier leurs interactions, leurs convergences et leurs différences (« Perspectives comparées sur les dynamiques transnationales de la francophonie et d’autres espaces littéraires mondialisés depuis le 19e siècle, des littératures impériales à la mondialisation des littératures »).