Soutenance de thèse

Le Vendredi, 22. novembre 2019 -
14:00 - 19:00
Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 - Site Saint Charles

Monsieur Fabien MEYNIER

Soutiendra vendredi 22 novembre 2019 à 14 h

Salle des Actes à l’Université Paul-Valéry Montpellier 3, Site Saint-Charles 1

une thèse de DOCTORAT

Discipline : Études cinématographiques et audiovisuel

Titre de la thèse : Archéologie et esthétique des lieux dans les œuvres de John Ford, Jean-Marie STRAUB, Danièle Huillet et Tariq Teguia

Composition du jury :

  • Mme Pietsie FEENSTRA, Professeure, Université Paul-Valéry Montpellier 3
  • M. Mathias LAVIN, Professeur, Université de Poitiers
  • M. Loig LE BIHAN, Professeur, Université Paul-Valéry Montpellier 3, directeur de thèse
  • Mme Corinne MAURY, Maîtresse de conférences habilitée, Université Toulouse - Jean Jaurès
  • M. Luc VANCHERI, Professeur, Université Lumière-Lyon-II

Résumé de la thèse :

Ce travail de thèse voudrait interroger les liens qui peuvent unir certains films avec un type d’espace spécifique, le lieu. L’hypothèse de départ consiste, en suivant les travaux d’historiens, de géographes et d’historiens de l’art, à établir un rapport entre le mouvement de patrimonialisation qui se développe au XIXe siècle, principalement autour de la représentation des lieux et des monuments, et l’émergence du cinématographe. Ce rapport est d’ordre fonctionnel et discursif : nombre d’intellectuels voient dans le cinématographe naissant le média adéquat pour produire des images patrimoniales de lieux. Dès lors, ce travail voudrait réinterroger certaines œuvres, dont les films réalisés par John Ford au sein de Monument Valley, ceux que Jean-Marie Straub et Danièle Huillet ont tourné entre 1975 et 1980, ou encore l’œuvre en cours de Tariq Teguia, dans le but d’essayer de saisir la façon dont cette « série culturelle » patrimoniale a pu être réinvestie dans des corpus très divers. La méthode iconologique, appliquée ici à des représentations spatiales, permettra de mettre à jour des liens figuratifs et conceptuels dans les œuvres, que les contextes socio-historiques semblent séparer de façon imperméable.