Soutenance de thèse

Benjamin Campion soutiendra sa thèse intitulée « Nudité frontale et sexe explicite dans les séries télévisées de HBO : entre beaux-arts, pornographie et cinéma d’auteur », le mardi 12 janvier à 14h à l’université Paul-Valéry Montpellier 3. Lien vers l'événement.

Le jury est composé de :

Sarah HATCHUEL, Professeure des Universités, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Directrice de thèse

Ronan LUDOT-VLASAK, Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Codirecteur de thèse

Laurent JULLIER, Professeur des Universités, Université de Lorraine, Pré-rapporteur

Sarah SEPULCHRE, Professeure des Universités, Université Catholique de Louvain, Pré-rapporteuse

Guillaume SOULEZ, Professeur des Universités, Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3, Examinateur

Chloé DELAPORTE, Maîtresse de Conférences, Université Paul-Valéry Montpellier 3, Examinatrice

Résumé de la thèse :

Dès la création de sa première comédie originale (1st & Ten, 1984-1991), la chaîne du câble premium HBO s’est appuyée sur un statut censorial à part dans le paysage audiovisuel américain pour afficher son rapport artistique à la nudité et au sexe. À partir de 1996, celui-ci s’est ouvert à des types de représentations plus extrêmes (nudité frontale, sexe explicite), sous l’impulsion d’une politique de démarcation symbolisée par le slogan « It’s not TV. It’s HBO ». Selon la rhétorique paratextuelle de la chaîne, l’objectif est de s’inscrire dans le champ des beaux-arts et d’éviter ainsi de provoquer « gratuitement » ses spectateurs par de stricts effets attractifs. Cette thèse vise à questionner ce discours officiel en analysant d’un point de vue esthétique, historique et culturel la nudité frontale et le sexe explicite figurant dans les séries de HBO. Peut-on les qualifier, même à titre ponctuel, de « pornographiques » ? Quels liens la chaîne câblée entretient-elle avec ce genre si clivant ? Comment ses corps sériels se marient-il au contexte historique actuel ? Il s’agit de déterminer si HBO parvient réellement à mettre en œuvre un art sériel hardcore, au contenu corporel et sexuel explicite, mais non pornographique.

La soutenance se déroulera en visioconférence et sera publique. Un lien de connexion Zoom sera envoyé aux personnes qui en feront la demande auprès de Sarah Hatchuel (sarah.hatchuel@univ-montp3.fr).